Assurance

L’intérêt de souscrire une assurance animale

Si les animaux de compagnie sont de plus en plus nombreux, leurs maîtres ignorent souvent qu’ils ont la possibilité de leur souscrire une assurance, l’assurance animalière. Souvent jugée inutile, cette assurance a pourtant de nombreux intérêts. Lesquels ? Les voici justement.

Assurance animalière, pour quels animaux ?

En principe, tout animal peut faire l’objet d’une assurance. Bien évidemment, sont les premiers visés les animaux de compagnie tels que chiens, chats, lapins, ou encore la tortue bien que la possession de cette dernière soit limitée par la loi. Néanmoins, les organismes apposent certaines conditions.

En premier lieu, les assureurs imposent parfois une limite d’âge. Pour les chiens et chats, ils peuvent être assurés dès l’âge de 3 mois. Au-delà de 5 ou 7 ans, les assureurs deviennent beaucoup plus réticents. Il faut savoir que l’espérance de vie moyenne de ces animaux est autour de 8 et 10 ans, l’âge-limite souvent fixé par les assureurs.

D’autre part, les assureurs imposent également que l’animal ait reçu tous les vaccins convenables, contre la rage, l’hépatite, etc. Ces critères varient également selon la race d’animaux, certaines races étant plus vulnérables à certaines maladies que d’autres. Comme avec une assurance-vie humaine, l’assurance animale dont l’assurance canine implique un questionnaire de santé plus ou moins contraignant.

Que couvre une assurance animalière ?

La couverture varie bien évidemment en fonction du contrat d’assurance souscrite. La principale assurance animale proposée est l’assurance-maladie/accident. Elle couvre les frais médicaux chez le vétérinaire en cas de maladie ou d’accidents. Sachant que les simples visites périodiques chez le véto vous coûtent une trentaine d ‘€, que les médicaments ou une intervention chirurgicale peuvent atteindre 1500 €, l’assurance animale est définitivement nécessaire.

Un autre volet de l’assurance animale consiste à prendre en charge les frais de crémation de votre animal de compagnie. Parfois, l’assureur peut vous rembourser la valeur équivalente de votre chat ou chien pour vous permettre notamment de le remplacer. La valeur prise en compte est habituellement celle du jour du décès de l’animal.

Enfin, l’assurance animale ne doit pas être confondue avec l’assurance responsabilité civile qui, elle, est obligatoire et qui couvre les éventuels dégâts provoqués par votre animal envers les tiers, morsures, dégâts matériels dans une habitation, etc.

Les points sur lesquels il convient de faire attention

Attention néanmoins au cas d’exclusion. Certaines pathologies propres à la race peuvent ne pas être prises en charge. Sur ce point, renseignez-vous attentivement avant de souscrire auprès d’un assureur. De même, le contrat peut imposer une franchise, c’est-à-dire une limite de sommes que l’assureur est prêt à vous rembourser. Cette franchise s’exprime soit en pourcentage soit en somme direct. Cette franchise peut également prendre la forme d’une limite annuelle de remboursement.

Enfin, certains assureurs peuvent être plus généreux que d’autres. Ainsi, le toilettage peut être remboursé. Bien évidemment, la prime mensuelle sera d’autant plus importante que les options sont nombreuses.
À l’instar de l’assurance humaine, seul le comparatif d’assurance permet de trouver la meilleure offre, autant en termes de prix qu’en termes de couverture. Pensez donc à utiliser les simulateurs et comparateurs pour assurance animale avant de faire votre choix.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *