Assurance

L’assurance-vie ou comment choisir la meilleure solution d’épargne

Tout un chacun peut souscrire à un ou plusieurs contrats d’assurance-vie. On peut réaliser des versements réguliers ou non, quel que soit le montant souhaité. On peut faire le choix parmi deux types d’assurance-vie. Premièrement, il y a l’assurance constituant une épargne via un produit de capitalisation, qui permet de garantir le versement d’une certaine somme d’argent (capital ou rente). Celle-ci est augmentée des intérêts à l’assuré, s’il reste en vie au terme du contrat. L’assuré peut également l’utiliser comme placement, pour anticiper la retraite. Deuxièmement, il y a l’assurance en cas de décès. Ainsi, les bénéficiaires désignés dans le contrat percevront le capital exonéré des taxes successorales, lors du décès du souscripteur.

Pourquoi souscrire à une assurance-vie ?

Dans la pratique, l’assurance-vie permet de multiplier un capital pour constituer une épargne de précaution. En effet, chaque année, les sommes versées génèrent des intérêts, qui sous certaines conditions, peuvent échapper à l’impôt. Comme le capital est toujours disponible, l’assuré peut le récupérer à tout moment via un retrait partiel ou total, même en demandant une avance. L’assurance-vie se décline en un placement bénéfique, pour s’adapter avec souplesse à tous les aléas imprévisibles de la vie. Elle peut également être un très bon outil pour préparer sa succession. Aussi, l’assuré peut verser son épargne à sa convenance. Il est aussi libre de choisir les bénéficiaires.

Comment choisir l’assureur ?

Il faut savoir que le contrat d’assurance-vie n’est pas transférable et il peut durer des dizaines d’années. L’assuré sera lié avec un assureur pour longtemps si bien qu’il est pertinent de se rapprocher d’un spécialiste en assurance vie. L’assuré doit se renseigner à l’avance sur sa solidité et sa réputation. De toutes les manières, c’est l’assureur qui assume les garanties du contrat et le gère pendant toute sa durée. Aussi, la majorité des épargnants se focalisent sur les frais prélevés pendant les versements. En général, les offres d’assurance-vie prélèvent de 4 à 5 % des sommes versées. Dans la pratique, l’épargne ne rapportera rien durant un an et demi à deux ans.

Les solutions d’investissement d’une assurance-vie

Les supports financiers possibles pour un contrat d’assurance-vie sont généralement de deux types : le fonds en euros et les unités de compte (UC). Le fonds en euros propose une grande sécurité. En effet, les fonds sont investis en obligations et le capital est garanti par l’assureur, sans tenir compte des performances des marchés financiers. L’assuré pourra bénéficier d’un rendement annuel minimum garanti. Pour les unités de compte, il s’agit essentiellement d’OPCVM (Organisme de Placements Collectif en Valeurs Mobilières) sous forme de FCP (Fonds Commun de Placement) et de SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable). Il est également possible de trouver des supports immobiliers (SCPI : Société Civile de Placement Immobilier) et des produits structurés. Aussi, la valeur des unités de compte peut évoluer à la hausse ou à la baisse. Les sommes investies sur de telles unités de compte ne sont pas garanties et peuvent faire perdre en capital. Cependant, les perspectives de performances peuvent être très élevées.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *